Un graphique dynamiquement adapté aux données ou modèle graphique, est un fichier qui permet de produire rapidement plusieurs versions d’une illustration. Le modèle se prépare manuellement et peut être modifié par un fichier XML ; il peut également se préparer à l’aide d’un fichier XML (obtenu par conversion d’un fichier txt issu d’un tableur avec un script). L’obtention de fichiers finaux des illustrations se fait par traitement par lots associé à un script d’action provoquant l’enregistrement.

1 - Le modèle graphique par préparation manuelle

Le principe du graphique adapté aux données ou modèle graphique

Vous pouvez transformer n’importe quelle illustration en modèle graphique. Il suffit de définir quels sont les objets dynamiques, il s’agit d’objets qui seront modifiables sur le plan de travail, on les appelle « variables ». Cette définition s’effectue dans le panneau Variables. Sur ces variables, vous pourrez changer le contenu (pour un graphe, un texte, ou une image importée avec lien) ou la visibilité (pour tout objet). À partir de chaque série d’états des variables, vous créerez des ensembles de données variables (sorte d’instantané ou de composition). Par la suite, depuis le fichier Illustrator comportant ces ensembles de données, il sera possible d’afficher rapidement les différentes versions du document, puis d’enregistrer l’une ou l’autre de ces versions en tant que fichier indépendant.

La préparation du modèle

Le modèle pourra être utilisé pour créer des documents destinés à des mises en page PAO (comme par exemple, des fiches) ou pour créer des documents qui donneront des pages HTML. Nous allons procéder ici à une préparation manuelle des variables et des ensembles de données.

Les variables

La syntaxe des noms de variables et d’objets dans le panneau Calques

La syntaxe XML

Lors de leur mise en place, les variables utiliseront des noms qui respectent la syntaxe XML (un message vous le signalera si vous renommez une variable sans respecter cette syntaxe). Chaque variable est liée à un objet et se réfère à son nom pris dans le panneau Calques. Les noms des objets peuvent ne pas respecter la syntaxe XML ; cependant, si vous gérez les modèles graphiques à l’aide de bibliothèques de variables, donc de fichiers XML (comme nous le verrons plus loin), des difficultés de gestion (voire des problèmes) peuvent apparaître.

Les noms d’objets dans le panneau Calques

Pour faciliter la gestion des modèles graphiques, avant de mettre en place les variables, identifiez sur le plan de travail, chaque élément à définir comme variable : sélectionnez-les, recherchez-les dans le panneau Calques (en utilisant l’icône ) et renommez-les (de préférence, en respectant la syntaxe XML : sans espace qu’on remplace par le souligné bas ou underscore, ni de signes accentués et de caractères spéciaux). Rassemblez sur des calques certains éléments.

Les types de variables

On distingue deux catégories de variable : celle de contenu et celle de visibilité.

Les variables de contenu

Trois types d’objets peuvent devenir des variables dont le contenu est modifiable dynamiquement : les textes (de point ou captif), les graphes et les images importées avec un lien (mais non incorporées) de format bitmap (.psd, .png, .gif, .jpg) ou vectoriel (.ai, .pdf, .svg).

Les variables de visibilité

Dans un modèle graphique, n’importe quel objet pourra voir son affichage modifié et ainsi être visible sur une version du modèle et invisible sur une autre version. Une variable de contenu peut également être définie avec une visibilité dynamique ; dans ce cas, on définira deux variables, l’une pour le contenu et l’autre pour la visibilité.

La définition des variables

Toutes les opérations se réalisent dans le panneau Variables (il s’affiche par le menu Fenêtre).

La définition de la variable de contenu

Pour définir une variable de contenu, sélectionnez un graphe, un texte ou un fichier importé avec un lien et cliquez sur l’icône du panneau Variables. Illustrator ajoute un élément (variable1) dans le panneau, son icône dépend de son type (affiché dans la première colonne T). Ainsi on voit :

pour un graphe ;

pour une chaîne de caractères ;

pour un fichier lié (image importée).

Dans le panneau Variables, à droite de son nom (colonne Variables) apparaît un nom d’objet (colonne Objets). Il correspond au nom de l’objet dans le panneau Calques ; si vous le changez dans le panneau Calques, le nom d’objet sera mis à jour dans le panneau Variables.

Vous pouvez renommer la variable (ce qui facilitera la gestion du fichier XML si vous utilisez les bibliothèques de variables) en effectuant un double-clic sur son icône pour afficher sa fenêtre d’options (respectez la syntaxe XML). Vous pouvez également renommer une variable sans afficher son panneau d’options par double-clic sur son nom.

L’obtention de la variable de type Graphe

Pour l’obtenir, sélectionnez le graphe sur l’illustration (ou dans le panneau Calques) et cliquez sur l’icône du panneau Variables : Illustrator reconnaît automatiquement qu’il s’agit d’un graphe et définit la variable en conséquence : .

Quand vous définissez une nouvelle variable, désélectionnez celle déjà créée dans le panneau Variables, sans quoi un message d’erreur s’affichera si l’objet sélectionné est de même type (texte, graphe…) que celui situé dans la variable active.

L’obtention de la variable de type Fichier lié

Pour l’obtenir, sélectionnez l’image sur l’illustration (ou dans le panneau Calques) et cliquez sur l’icône du panneau Variables : Illustrator reconnaît automatiquement qu’il s’agit d’un fichier lié et définit la variable en conséquence : .

Si les différentes images qui vont successivement remplacer la première image importée n’ont pas toutes les mêmes dimensions, vous pouvez définir la façon dont l’image se comportera quand s’effectuera le remplacement. Pour cela, cliquez sur le nom du fichier dans le panneau Contrôle et lancez la commande Options d’importation : une fenêtre (voir ci-après) propose quelques options : Dimensions du fichier, Proportions (remplir), Proportions (adapter), Limites et Transformations ; chacune d’elles est accompagnée d’une description par des illustrations et un commentaire.

Au lieu de désélectionner la variable active, vous pouvez dérouler le menu du panneau Variables et lancer la commande Nouvelle variable. Dans la fenêtre Options de variables qui s’affiche, renommez la variable et choisissez son type. Cependant, la variable ainsi créée est indéfinie (type ), il faut créer la liaison entre la variable et l’objet : sélectionnez celle-ci dans le panneau Variables, puis l’objet sur le plan de travail et cliquez sur l’icône .

L’obtention de la variable de type Texte

Pour l’obtenir, avec l’outil Flèche, sélectionnez le texte sur l’illustration (il ne peut avoir qu’une mise en forme unique) et cliquez sur l’icône du panneau Variables : Illustrator reconnaît automatiquement qu’il s’agit d’un texte et définit la variable en conséquence : .

La définition de la variable de visibilité

Pour définir une variable dont la visibilité sera dynamique, sélectionnez l’objet et cliquez sur l’icône . Une variable avec l’icône apparaît (comme les autres variables, elle peut être renommée par double-clic).

Pour qu’un objet dont la visibilité est définie comme dynamique ait un contenu modifiable, vous devez créer une nouvelle variable en cliquant sur l’icône . Cet objet ne peut être qu’un graphe, un texte ou une photo liée.

La mise au point des noms d’objet (ou id XML)

Dans le panneau Variables, le nom de l’objet (colonne Objets) permet de repérer, dans le panneau Calques, l’élément en liaison avec chaque variable (deux variables peuvent être liées à un même objet). Si ce nom ne vous convient pas, à partir d’une sélection de la variable, vous pouvez obtenir celle de l’objet lié à l’aide de la commande Sélectionner l’objet lié du panneau Variables, puis atteindre cet objet dans le panneau Calques par clic sur l’icône afin de le renommer : le changement sera répercuté dans le panneau Variables. Par simplification et pour éviter tout problème, quand cela est possible, je donne le même nom à l’objet (id XML) et à la variable (en respectant la syntaxe XML).

Ce renommage est particulièrement intéressant pour les objets de type chaîne de caractères (de contenu ou de visibilité variable) ; en effet, leur nom par défaut correspond au début de la saisie, mais lorsque que vous réaliserez des variantes, ce nom changera pour correspondre à la nouvelle saisie. Ce changement peut rendre plus délicat son repérage dans le panneau Calques.

Quand le document comporte le nombre voulu de variables de types différents, vous pouvez créer des ensembles de données pour chaque variantes de l’illustration.

Les ensembles de données

Le principe

Un ensemble de données constitue une sorte de photo du document prise à un instant précis, autrement dit, un instantané ou une capture du document. Cette capture enregistre toutes les compositions des variables. Pour créer une variante du document, vous devez changer les contenus ou visibilités des objets liés aux variables, puis réaliser une nouvelle capture de l’ensemble de données.

La capture de l’ensemble de données

Avant de modifier les valeurs des variables, il convient de créer le premier ensemble de données ; il correspond à l’état initial du document.

Pour effectuer la capture de cet ensemble de données, cliquez sur l’icône du panneau Variables (vous pouvez également lancer la commande Capturer l’ensemble de données du menu du panneau). La case Ensemble de données du panneau Variables se remplit du nom par défaut : Ensemble de données 1. Vous pouvez le renommer directement dans cette case ou par la commande du menu local du panneau. Le choix du nom attribué est important car il pourra être utilisé comme nom du fichier lors de la création d’enregistrements à partir des ensembles de données.

Si vous modifiez la composition (contenu ou visibilité) d’une variable, il apparaîtra un astérique devant le nom de l’ensemble de données. Il faudra en faire la mise à jour par la commande Mettre à jour l’ensemble de données du menu local du panneau Variables (un message demandera confirmation).

Les changements de valeurs des données des variables

Le changement du contenu

Pour les variables de contenu, leur modification s’effectue directement sur le plan de travail. L’objet doit être sélectionné et cette opération peut se réaliser sur le plan de travail ou par alt clic [Alt clic] sur le nom de la variable correspondant à l’objet.

La modification d’un graphe

Sélectionnez le graphe et lancez la commande Données du sous-menu Graphe (menu Objet) ou du menu contextuel (clic droit) : le tableau des données s’affiche, vous pouvez saisir les nouvelles valeurs ou les importer en cliquant sur l’icône . Dans le cas d’une importation de données, celles-ci doivent être dans un fichier au format .txt (données séparées par des tabulations) et non .csv (données séparées par des virgules).

Une fois le changement réalisé, validez les nouvelles saisies en cliquant sur l’icône . Si vous laissez la fenêtre des données ouverte, elle sera tout de suite disponible pour les prochains changements de valeurs du graphe.

Avant de créer le nouvel ensemble de données, il est préférable de faire les modifications sur les autres variables — en opérant ainsi, il n’y aura pas de mise à jour à faire sur le nouvel ensemble des données.

La modification d’un texte

Pour modifier un texte dans une variable, ce texte doit être sélectionné avec l’outil Texte. Le changement peut se réaliser en tapant (ou en collant) le nouveau texte ou en important un fichier de texte correspondant à la nouvelle saisie. Dans ce cas, pour qu’il y ait remplacement, sélectionnez la totalité du texte par cmd A [Ctrl A] avant d’importer le nouveau.

Le remplacement d’une photo importée

Pour changer une photo importée, il faut bien sûr la sélectionner (par alt clic [Alt clic] sur le nom de la variable), afficher le panneau Liens et cliquer sur l’icône pour importer (avec l’option Lien) l’image de remplacement. Vous pouvez également cliquer sur le nom du fichier lisible dans la partie gauche du panneau Contrôle.

Le changement de visibilité

Comme pour les autres changements, l’objet lié à la variable doit être sélectionné ; cette opération peut également se faire depuis la commande du menu du panneau Variables une fois la variable activée. Le changement de visibilité se règle simplement dans le panneau Calques. Pour cela, activez l’objet dans le panneau, en utilisant, par exemple, l’icône Rechercher l’objet et cachez l’objet en cliquant sur l’œil en regard de son nom.

La nouvelle capture ou nouvel ensemble de données

Quand la série des changements de données est terminée, réalisez une nouvelle capture de l’ensemble de données en cliquant, touche alt [Alt] enfoncée, sur l’icône du panneau Variables : par cette méthode, une fenêtre permet de renommer l’ensemble. Afin de créer d’autres ensembles de données, passez aux modifications suivantes et faites-en la capture. Si vous souhaitez revenir sur l’ensemble précédent, cliquez sur les triangles () à droite du nom des ensembles de données ou utilisez sa liste déroulante (ou encore le menu du panneau).

Pour construire un autre ensemble de données, vous pouvez également commencer par le créer en cliquant sur l’icône (avec alt [Alt] pour le nommer), changer les différentes variables (comme indiqué précédemment), puis mettre à jour l’ensemble par la commande Mettre à jour l’ensemble de données du menu local du panneau. Quand la série d’ensembles de données est terminée, vous pouvez passer de l’une à l’autre (avec les triangles, ), les mettre à jour si vous voulez les modifier, puis passer à l’enregistrement des fichiers comme indiqué plus loin après la préparation d’un modèle graphique à partir d’un fichier XML.

Fin de l'étape 1/4