Tag - culture générale

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, 12 mai 2010

Livres : Profession graphiste indépendant

Eyrolles publie ce mois-ci un ouvrage intéressant « Profession graphiste indépendant » (26 euros), documenté et évidemment complet sur la profession de graphiste indépendant...

Lire la suite...

samedi, 29 novembre 2008

L'interpolation d'image ; feuilleton (ou "série", comme l'on dit aujourd'hui !)

EN TROIS PASSES

QuestionsPhoto, le blog de l'éditeur Eyrolles (n'y cherchez donc pas trop de sujets, livres ou dévédés, concurrents...) publie un article consacré à « L'interpolation d'image avec Capture NX2 », sous la plume de Philippe Ricordel.

Cet article traite en fait uniquement de l'interpolation des images, et Capture NX2 n'est à là que pour appuyer la récente sortie du livre « Capture NX2 pour les photographes » du même auteur ; livre que je n'ai pas encore lu, ni même acheté.

Capture NX2 pour les photographes, Philippe Ricordel

C'est donc la première occasion d'aborder l'interpolation des images : soit l'augmentation artificielle en nombre des pixels d'une image. Ce sujet est effectivement si vaste et si sujet à polémique, que nous y reviendrons assez souvent, sans plus que les autres prétendre en définir des vérités.

Philippe Ricordel semble être un adepte du sur-échantillonnage en plusieurs passes, doublé à chaque passage d'un petit coup d'accentuation (lui parle en fait de « masque de flou », terme utilisé par Nikon pour dénommer son principal filtre d'accentuation). Dans son article, il donne l'exemple suivant : pour une extrapolation de 200%, réaliser un premier rééchantillonnage à 130%, avec une faible accentuation mais répété une fois, puis un troisième de 122%, avec ou sans accentuation. Il trouve le résultat bien meilleur. Pourquoi pas !

Philippe Ricordel prend également soin de préciser : « L’interpolation d’image, que ce soit à la hausse pour une impression grand format ou à la baisse pour une diffusion par Internet, requiert un minimum de préparation et un flux de travail approprié si l’on ne veut pas dégrader l’image ». Je suis absolument d'accord avec lui.

Là où je suis plus critique, c'est qu'il appuie son jugement de valeur sur la comparaison avec une interpolation directe à 200% sans accentuation complémentaire (ce que remarque également un blogueur dans les commentaires). J'ajouterai également qu'il aurait dû préciser s'il effectuait cette manipulation sur un Jpeg ou un Tiff, ou sur un foramat NEF (format Raw des appareils Nikon, et seul format Raw accepté par le logiciel Captures NX), ce qui donne des résultats fort différents...

Bien évidemment, j'ai aussi relevé au passage l'extrait de phrase suivant : « On comprendra aisément que, pour respecter cette norme de 300 dpi... » ; qui a pour don de m'énerver (relire « Halte à la dictature du (300) Dpi ! »)...

Gardons néanmoins sa proposition parmi d'autres sur lesquelles nous reviendrons au gré des actualités.